Mais où va la géographie rurale ?

source 

Géocarrefour

Depuis une vingtaine d’années, les études de géographie rurale prêtent une attention particulière à la fonction résidentielle et aux mutations sociales qui prévalent dans le périurbain, parfois au détriment d’une approche privilégiant l’emploi et l’activité, fussent-ils induits par l’arrivée de nouvelles populations. Dans le sillage des études urbaines, les géographes ont d’abord cherché à expliquer les causes de l’étalement et du redéversement des villes dans le périurbain – l’urban sprawl et l’overspill des Anglo-Saxons – combinant l’attractivité des campagnes et l’effet d’éviction dû aux prix immobiliers pratiqués en ville, les politiques d’accession à la propriété, tel le prêt à taux zéro, pouvant être particulièrement favorables aux espaces offrant des réserves foncières. Les transformations des espaces ruraux plus éloignés impliquent souvent des catégories sociales, des trajectoires et des projets individuels plus hétérogènes que celles enregistrées dans le périurbain. Riches ou pauvres, « porteurs de projet » recherchant un ancrage au lieu, habitants du rural maîtres de leur choix de localisation ou l’ayant subi, résidents à titre principal ou secondaire, tout un kaléidoscope de nouvelles populations vient s’ajouter aux habitants mieux enracinés tandis que, parallèlement, se poursuit la diffusion sous-jacente de modes de vie standardisés dans l’ensemble des populations rurales. Les habitudes de consommation, les niveaux de formation, les mobilités quotidiennes, les comportements et les référents culturels distinguent de moins en moins villes et campagnes, les sociétés rurales seraient en passe de disparaître, les agriculteurs étant pleinement partie prenante des modifications de ces modes de vie. À l’image des ségrégations urbaines, les inégalités sociales ou micro-spatiales ne l’emportent-elles pas sur la cohésion et l’homogénéité au sein de l’espace rural ? En France, le vote dit rural, qui s’est particulièrement exprimé aux présidentielles de 2002, est-il autre chose que l’expression de certaines catégories d’électeurs et de certains lieux ?

No Comments

Post a Comment