Mais où est donc passé l’espace rural

Il existe de nombreux débats sur des notions qui ne font pas consensus au sein de la communauté géographique. Parmi ces débats, on trouve toujours un vieux serpent de mer : l’opposition entre les concepts de rural et d’urbain – pour autant qu’il s’agisse là de concepts. La ruralité en elle-même soulève de nombreuses discussions : Jacqueline Bonnamour ou Gilles Sautter, dès les années 1970, dissertaient déjà sur le « malaise » ou la « crise » des études rurales, questionnant ce qui reste du rural[1]. Ce questionnement s’inscrit ainsi dans une longue continuité. On s’interroge non seulement sur un objet d’analyse, mais aussi, à travers lui, sur la société contemporaine. La ruralité est en évolution profonde, à la mesure de l’évolution de l’urbain, mais peut être plus difficile à cerner que l’urbain ; en effet, les phénomènes peuvent être diffus, et très divergents.

La question posée ce soir : « Mais où est donc passé l’espace rural ? », vise donc à une mise au point, mais en procédant de manière quelque peu ludique. On s’empare donc, sur le mode de l’enquête policière, d’un « avis de disparition » du rural, en relation avec les théories devenues très médiatisées du « tout urbain ». Y aurait-il meurtre d’une idée ?

lire la suite

No Comments

Post a Comment